Author: admin9

Bienvenue sur serendipites.net

No Comments

Sérendipité vient de l’anglais « serendipity » et recouvre l’idée de découvrir quelque chose ou trouver un solution par hasard. Pour moi le web est rempli de sérendipités car les liens hypertextes nous conduisent souvent en terre inconnue et nous permettent de découvrir ce qu’on ne cherchait pas… Aussi, le fil conducteur de ce blog sera la sérendipité donc le hasard d’une certaine manière et les articles abordés n’auront souvent qu’un lien entre eux… Le premier billet nous conduira donc  à l’origine même de ce fameux mot puisant son origine dans un conte relatant l’histoire des trois Princes de Serendip qui devinrent riches, célèbres et adulés, alors qu’ils étaient simplement partis chercher l’aventure… En espérant que ce blog enrichira au moins notre culture le prochain rendez-vous est pris avec nos trois princes persans de Serendip...

Categories: Uncategorized

Les Trois Princes de Serendip et le chameau

No Comments

L’origine du mot serendipité vient donc des trois princes de Serendip, un conte persan du XVI ème siècle. Ces 3 personnages partis en mission trouvent des pistes semblant ne mener nulle part via des indices découverts ça et là  La partie du  conte qui semble être à l’origine du mot est celle qui relate l’histoire du chameau dont les 3 princes ne voient que les traces mais qui arrivent à en déduire un foule de détails extrêmement précis sur la personne que le chameau portait ou sur la santé du chameau lui-même. Cette finesse d’analyse au lieu de les conduire au chameau parvient pratiquement à les faire exécuter car ils se retrouvent accusés d’avoir volé ce fameux chameau. Le hasard d’un voyageur qui témoigne du fait d’avoir vu ce chameau  leur vaut d’être épargnés et récompensés de présents et de titres. Ce sont ces récompenses non cherchées (qu’on retrouve dans d’autres passages du conte) qui symbolisent les découvertes (positives ou tout du moins intéressantes) issues du hasard dans l’acception moderne du mot serendipité. Ce conte aurait inspiré le Zadig de Voltaire

Categories: Uncategorized

Zadig de Voltaire

No Comments

L’histoire est celle d’un jeune homme riche (zadig) honnête et vif d’esprit  jalousé et victime d’injustices. Les femmes et les princes le déçoivent  et ses meilleures volontés se heurtent au mal omniprésent… Heureusement l’ange Jesrad va lui apprendre que le mal participe à équilibre du monde et en ce sens est nécessaire.  Le regard de zadig sur la vie et le monde va ainsi changer ce qui va lui permettre enfin de connaître le bonheur.

Tout comme dans le conte des trois princes de Serendip, Zadig utilise abondamment le récit à des fins satiriques  (Voltaire en profite pour régler quelques comptes avec  les prêtres les ministres ou les médecins) mais également philosophiques (c’est une réflexion sur le bonheur , la  liberté individuelle et la destinée).
« A quoi tient le bonheur!  » remarque Zadig contre qui le sort semble s’acharner. Pourtant une fois qu’il aura compris cette grande loi qui régit le monde il réalisera (qu’) « il n’y a point de mal dont il ne naisse un bien » et qu’en cela toutes les chemins peuvent conduire au bonheur… Encore faut-il savoir prendre le recul suffisant pour analyser les conséquences d’une action ou d’un événement quels qu’il soient. Cela m’évoque l’histoire racontée par Lao-Tseu d’un homme très pauvre jalousé parce qu’il possédait un cheval blanc extraordinaire

Categories: Uncategorized

L’histoire du pauvre paysan chinois et de son cheval blanc par Lao Tseu

No Comments

Cette histoire très connue à le mérite de relativiser en permanence un fait ou un évènement en fonction du contexte qui l’entoure…

Un pauvre chinois suscitait la jalousie des plus riches du pays parce qu’il possédait un cheval blanc extraordinaire. Chaque fois qu’on lui proposait une fortune pour l’animal, le vieillard répondait :

– « Ce cheval est beaucoup plus qu’un animal pour moi, c’est un ami, je ne peux pas le vendre. »

Un jour, le cheval disparut. Les voisins rassemblés devant l’étable vide donnèrent leur opinion :

– « Pauvre idiot, il était prévisible qu’on te volerait cette bête. Pourquoi ne l’as-tu pas vendue ? Quel Malheur ! »

Le paysan se montra plus circonspect :

– « N’exagérons rien dit-il. Disons que le cheval ne se trouve plus dans l’étable. C’est un fait. Tout le reste n’est qu’une appréciation de votre part. Comment savoir si c’est un bonheur ou un malheur ? Nous ne connaissons qu’un fragment de l’histoire. Qui sait ce qu’il adviendra ? »

Les gens se moquèrent du vieil homme. Ils le considéraient depuis longtemps comme un simple d’esprit. Quinze jours plus tard, le cheval blanc revint. Il n’avait pas été volé, il s’était tout simplement mis au vert et ramenait une douzaine de chevaux sauvages de son escapade. Les villageois s’attroupèrent de nouveau :

– « Tu avais raison, ce n’était pas un malheur mais une bénédiction. »

– « Je n’irais pas jusque là, fit le paysan. Contentons-nous de dire que le cheval blanc est revenu. Comment savoir si c’est une chance ou une malchance ? Ce n’est qu’un épisode. Peut-on connaître le contenu d’un livre en ne lisant qu’une phrase ? »

Les villageois se dispersèrent, convaincus que le vieil homme déraisonnait. Recevoir douze beaux chevaux était indubitablement un cadeau du ciel, qui pouvait le nier ?

Le fils du paysan entreprit le dressage des chevaux sauvages. L’un d’eux le jeta à terre et le piétina. Les villageois vinrent une fois de plus donner leur avis :

– »Pauvre ami ! Tu avais raison, ces chevaux sauvages ne t’ont pas porté chance. Voici que ton fils unique est estropié. Qui donc t’aidera dans tes vieux jours ? Tu es vraiment à plaindre. »

– « Voyons, rétorqua le paysan, n’allez pas si vite. Mon fils a perdu l’usage de ses jambes, c’est tout. Qui dira ce que cela nous aura apporté ? La vie se présente par petits bouts, nul ne peut prédire l’avenir. »

Quelque temps plus tard, la guerre éclata et tous les jeunes gens du village furent enrôlés dans l’armée, sauf l’invalide.

– « Vieil homme, se lamentèrent les villageois, tu avais raison, ton fils ne peut plus marcher, mais il reste auprès de toi tandis que nos fils vont se faire tuer.  »

« Je vous en prie, » répondit le paysan, « ne jugez pas hâtivement. Vos jeunes sont enrôlés dans l’armée, le mien reste à la maison, c’est tout ce que nous puissions dire. Dieu seul sait si c’est un bien ou un mal. »

Nous avons tous un cheval blanc mais veut-il nous conduire quelque part où simplement nous apprendre à voyager ?

* Crédit photo: Centre équestre du Bos cheval rouge (près de Belvès Dordogne).

Categories: Uncategorized

Sérendipité et Netlinking

No Comments

Vous surfez et trouvez au gré d’un lien cliqué presque par hasard un site exceptionnel, un article passionnant ou plus prosaïquement  un bien de consommation qui vous fera succomber alors même que vous n’imaginiez pas acheter ce produit ou lire cet article cinq minutes plus tôt…

Est-ce le hasard, la chance d’avoir visité au bon moment le bon site vous ayant conduit sur la bonne voie ? Peut-être, mais il est possible que vous n’ayez pas cliqué sur ce lien tout à fait par hasard…

On peut imaginer que la société qui vend le produit que vous venez d’acheter, que le site que vous avez découvert ont pensé qu’il serait intéressant que la source que vous avez consultée intègre un lien vers leur site, lien « amical »,  un lien échangé ou encore un lien ajouté par une agence de netlinking .

Si on veut donner rapidement une définition du netlinking on pourrait parler de méthodes visant à augmenter le volume de liens pointant vers un site que ce soit de façon plus ou moins artificielle ou au contraire en suscitant un teasing, un buzz qui permettra au site de faire parler de lui et d’être, par voie de conséquence, pointé par d’autres sites  (et donc d’obtenir de nouveaux liens). On parle souvent ici de linkbaiting.

A l’avenir essayez de refaire le chemin à l’envers (vous pouvez pour ce faire utiliser l’historique de votre navigateur) et découvrez si oui ou non ce lien cliqué le fut tout à fait par hasard ou (avec du recul) s’il a pu être placé par quelqu’un qui imaginait qu’un jour vous-même ou quelqu’un comme vous ne résisterait pas à l’envie de cliquer puis peut-être à l’envie d’acheter…

D’ailleurs cet article n’a-t-il pas été inspiré ou écrit par une société qui voulait vous convaincre du bien-fondé de ses services en vous invitant à aller visiter son site des fois que vous auriez vous-même un site ou une offre à promouvoir ? 😉

Categories: Uncategorized